Women’s Advocacy on human rights and fundamental freedoms in eastern Democratic Republic of Congo (DRC) - Speaking Up, Speaking Out: Congolese women as human rights and fundamental freedoms advocates

About the project

Le projet intitulé «Plaidoyer des femmes en faveur des droits de l'homme et des libertés fondamentales dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC)» a été officiellement lancée le 21 décembre 2009 à Kinshasa sous la présidence du Ministre en charge du Genre, de la Famille et de l'Enfance de la République démocratique du Congo (RDC).
L’action vise à renforcer les capacités des femmes dans l'est de la RDC à plaider efficacement pour leurs droits et libertés fondamentales au niveau local, national, sous-régional, régional et international afin d'améliorer leur propre situation mais aussi d’avoir un impact sur la situation des femmes en RDC, dans la région des Grands Lacs, et dans toute l'Afrique.
De nombreuses avancées pour le statut des femmes en Afrique ont été obtenues grâce à l’implication de Femmes Africa Solidarité (FAS), mais la voix des femmes les plus vulnérables comme celles de l'Est de la RDC reste largement ignorée, ce qui appelle à une action spécifique pour les aider à faire entendre leurs revendications et préoccupations. Par cette action, FAS vise à augmenter le nombre des femmes des communautés de base aptes à plaider pour la défense des droits des femmes.
Cette action va de pair avec les programmes en cours depuis plus de 10 ans afin de faire correspondre les préoccupations des femmes africaines à l'ordre du jour national, sous-régional, régional et international sur la paix, le développement et les droits des femmes, en utilisant une approche unique qui comble l'écart entre les femmes dans les partis politiques et la société civile pour permettre la mise en place d'un agenda commun. Le projet actuel mené par FAS s'inscrit également dans le cadre de la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies sur les femmes, la paix et la sécurité.
Alors que les combats se poursuivent entre les groupes armés tels que le M23 et les troupes gouvernementales, les viols et violences sexuelles demeurent une pratique courante et sont utilisés comme arme de guerre. Avec la violence comme norme de plus en plus acceptée dans la société congolaise, des nombreuses femmes souffrent de mauvais traitements ou sont témoins d’atrocités les laissant sans voix et traumatisées.
Les femmes qui aimeraient s'impliquer dans le plaidoyer ne savent pas comment elles pourraient faire la différence tandis que les femmes issues des communautés de base restent sous-représentées dans les organisations nationales. Les ressources sont rarement disponibles et suffisantes pour encourager la participation systématique des femmes de la base dans les forums nationaux, sous-régionaux, régionaux et internationaux.
Cette Action financée par l'UE vise à permettre aux femmes de plaider efficacement au niveau local, national, sous-régional, régional et international auprès de leurs pairs et des partenaires clés pour le respect de leurs droits et libertés fondamentales afin d’améliorer la situation des femmes au niveau local et d’avoir un impact sur la situation des femmes en RDC, dans la région des Grands Lacs et sur le continent africain. L’Action permet ainsi de contribuer directement à l’objectif d’EU EIDHR d’aider la société civile à devenir un moyen efficace pour la réforme politique et la défense des droits humains en RDC.
Pour atteindre cet objectif, le projet vise à sélectionner un groupe de femmes, d’organisations et de réseaux, renforcer leurs capacités en plaidoyer pour les droits des femmes et les amener à mobiliser un groupe cible secondaire pour former des groupes de plaidoyer pour les droits humains. Les acteurs ainsi formés pourront alors plaider pour leurs droits et libertés fondamentales au niveau local, national, régional et international. Cette action est également rendue possible par le partenariat avec un fort important réseau de femmes qui sera renforcé dans sa gouvernance et son fonctionnement afin de lui permettre de conduire efficacement les activités du projet.
L’Action est mise en oeuvre par Femmes Africa Solidarité (FAS) en partenariat avec le Cadre Permanent de Concertation des Femmes Congolaises (CAFCO) jusqu’à 2011 et ensuite avec le réseau Femmes Solidaires pour la Paix et le Développement (FSPD), une organisation faîtière des organisations de femmes de la société civile déployée dans toute la RDC, avec le soutien du secrétariat FAS/RDC/Goma et du bureau régional de FAS à Dakar, du Centre Panafricain pour le Genre, la Paix et le Développement (PAC) à Dakar, ainsi que du Centre régional de recherche et documentation sur les femmes, le genre et la consolidation de la paix dans la Région des Grands Lacs, situé à Kinshasa.
D'autres partenaires de l’Action comprennent le Gouvernement de la RDC, les ministères concernés, ONU Femmes, qui apporte les fonds complémentaires à la subvention accordée par l’UE, l'Association des Femmes Journalistes (AJPF), Radio Okapi, la MONUC, le FNUAP, le PNUD, l'UNICEF, le CICR, d'autres organisations bilatérales et ONGs et les organisations impliquées dans le mouvement féminin pour la paix en Afrique, y compris les 55 organisations membres du réseau de la campagne panafricaine "Le Genre : Mon Agenda’’ (GIMAC) pour l’intégration du genre dans l’Union Africaine.